☂ DRÔLES DE MACARONS™


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 BLUEBERRY & SIXTINE ▬ when the sun goes down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L. Sixtine Bloembergen

avatar

☎ Courriers : 134
☎ Arrivé(e) le : 29/08/2011
☎ Pseudo : cheesecake :3
☎ Crédits : <c> made by silly love.
☎ Avatar : lea michele

➽ PARIS MATCH
☎ Âge: 2O ans.
☎ Choses à faire:
☎ Les Affinités:

MessageSujet: BLUEBERRY & SIXTINE ▬ when the sun goes down   Lun 5 Sep - 1:43




WHEN THE SUN GOES DOWN

    Docteur Bloembergen, vous devez savoir que j'ai terriblement mal à une dent ! Ça y est, une autre journée longue au boulot ! Je suis dentiste et je l'avoue, j'adore ce que je fais, mais aujourd'hui, je recevais un client. Pas n'importe lequel ! Vous savez, le genre de client super exigeant et qui n'est jamais satisfait. Ça y est, une autre journée longue au boulot ! Je suis dentiste et je l'avoue, j'adore ce que je fais, mais aujourd'hui, je recevais un client. Pas n'importe lequel ! Vous savez, le genre de client super exigeant et qui n'est jamais satisfait. Ouais, ce genre de client. Ne vous inquiétez pas monsieur Beauséjour, je vais vous arranger cela en un clin d'oeil ! Ensuite, je lui demandais poliment d'ouvrir la bouche pour que je puisse l'examiner et voir ce que je devais faire pour que sa dentition soit parfaite à nouveau. À première vue, je pouvais déjà voir une carie. Je l'informais donc de la situation avant de commencer ce que j'avais à faire au cas où il ne serait pas d'accord. Pour faire bref, j'ai eu une journée chargée au travail. C'était qu'un aperçu de ce que j'avais fait pendant ma journée au boulot. La moitié de mes clients ont eu des caries. Inutile de vous dire que je ne suis pas fière d'eux ! De plus, c'était des enfants ! Je me demande souvent comment fait-on pour avoir des caries à l'âge de sept ans ? Certes, il faut manger des tonnes et des tonnes de sucreries pour en avoir, mais les parents là-dedans ? Ils font quoi ! À chaque rendez-vous, je rappelle qu'il est très important de bien se brosser les dents après avoir mangé une certaines quantités de sucrerie, sinon, il va y avoir de vilaines petites caries. Bref, rendu là, ce n'est pas mon boulot de superviser les enfants de monsieur et madame tout le monde, mais bon. Je dois avouer que je suis comme ça, je critique souvent, ouvertement, ou pas, les gens dans leurs habitudes de vie ou autre. C'était sans doute la plus longue journée que j'ai passé au travail. Pourtant, elle n'était pas si différente que ça ! Des dents, ça reste des dents et c'est toujours les mêmes problèmes dentaires, ou presque, qui surviennent. La journée m'a peut-être parût longue, car j'avais des projets pour ce soir. En fait, je devais retrouver une de mes bonnes amies, Blueberry devant la tour Eiffiel dans la soirée. our être franche avec vous, j'avais tellement hâte de la voir ! J'avais l'impression que ça faisait des jours et des jours que je n'ai pas passés un peu de temps avec elle. Pourtant, je l'ai vu il y a de cela, deux jours. Je ne sais pas pourquoi, mais en ce moment, je vois Blueberry comme ma meilleure amie. Je me confiais souvent à elle. Cependant, elle n'est pas au courant de mon secret... Le secret que personne, enfin, presque personne ne sait. Pourtant, je suis une personne qui en dit toujours un peu trop et qui ne sait pas se taire quand je me confis. Ça peut limite devenir fatiguant pour certaine personne et j'en suis totalement consciente. Je dis souvent que ma personnalité est rare et unique, mais je sais bien qu'elle énerve la plupart des gens... Bref, vous me connaissez déjà et vous savez très bien comment je peux agir parfois. Inutile d'en dire davantage à ce sujet.

    Quelques heures plus tard, j'avais levée mon regard vers l'holorge qui était dans la salle où je recevais mes patients. Il était seize heures cinquante cinq minutes. Je finissais de travailler dans cinq minute. Mon client actuel était le dernier. Je me dépêchais un peu pour ne pas faire d'heures supplémentaire. J'avais des projets se soir et je n'avais pas l'intention de faire attendre Blueberry. C'était hors de question ! Bonne nouvelle, j'avais terminé à temps ! Je pouvais donc, sans retard, me rendre chez moi et me préparer à rejoindre mon amie devant la fameuse tours Eiffiel, située à Paris bien sûr. Qui ne connais pas cette tour ? En quittant, je m'assurais que tout était parfait. Le ménage fait, mes outils bien stérilisés et les dossiers des clients bien classés en ordre alphabétique. Derrière moi, lorsque je sortais de mon cabinet de dentiste, j'avais pris soin de bien verrouiller la porte de l'entrée principale pour être certaine de ne pas me faire voler pendant la soirée ou encore, pendant la nuit. Quelques minutes après, j'étais dans ma voiture, en train de conduire vers l'immeuble où était située mon appartement que j'aimais tant. J'aime me retrouver chez moi après une bonne grosse journée de travail même si c'est uniquement pendant quelques minutes. Ça me permet de remettre mes idées en place et de me reposer, de me détendre. Encore une fois, pour l'énième fois cette semaine, il y avait des embouteillages sur la route. Bon sang ! Pourquoi tout arrivait à moi aujourd'hui ! La longue journée au travail et l'embouteillage. Pourquoi, je vous le demande, pourquoi ? Je n'avais pas le temps de perdre mon temps sur la route. Je devais manger, prendre une douche et me préparer un peu. Il était en ce moment, dix-sept heures trente et je devais rejoindre mon amie vers dix-neuf heures. J'ignorais si j'allais être en retard ou pas... Heureusement, après quelques longues et atroce minute d'attentes, on pouvait fluidement circuler sur la route. Rendu devant mon immeuble, un sourire c'était affiché sur mon visage. J'était heureuse de pouvoir enfin mettre les pieds chez moi.

    Comme vous pouvez maintenant le deviner, une fois que mon automobile était stationnée dans le stationnement réservé aux automobiles des résidents de l'immeuble, je sortais de cette automobile en question pour prendre l'ascenseur et ensuite mettre mes pieds dans mon appartement. Je ne peux vous décrire comment ça m'a fait du bien. Ça vous paraît peut-être étrange, mais je me sentais bien. C'était comme si j'avais laissé derrière moi, tous mes soucis et comme si un immense poids venait de se dégager de mes épaules. En ouvrant la porte de mon appartement, je pouvais sentir l'odeur de mon repas préféré. La lasagne. J'enlevais mes chaussures et je déposais mes clefs sur une petite table qui était située près de la porte d'entrée pour aller à la cuisine qui était plus loin. C'était Grayson qui avait cuisiné pour nous. Grayson, le meilleur ami qu'on peut trouver sur la terre et c'est moi qui l'avait trouvé hihi. Je le regardais en souriant avec un air soulagé, j'allais pouvoir enlever une tâche de sur ma liste des choses à faire. Je le regardais encore une fois et je le remerciais et pendant que c'était en train de cuire, je l'informais que j'allais prendre une douche. Une chose que vous ignorez peut-être à propos de moi. Sous la douche, je chante. Je chante très souvent et très fort. Parfois, les voisins cognent sur les murs pour avertir que je chante trop fort. Non mais oh ! Ils se prennent pour qui ? De plus, je chante super bien. Oui, je l'avoue et je n'ai pas peur de paraître ''tête enflée ''. Je chante bien et si j'aurai choisi de faire carrière là-dedans, je serais sans doute à Broadway, en train de performer l'une de mes chansons préférées. Ce soir, sous la douche, j'avais tout bonnement décidé de chanter Walking on Sunshine. Une chanson que j'aime bien chanter et qui me remonte toujours le moral peut importe la situation. Après une dizaine de minutes, j'avais enfin terminée de me doucher. En sortant de la douche, je me séchais adéquatement pour mettre des vêtements un peu plus décontractée. Elle se refaisait également une beauté en même temps. Elle se dépêchait un peu de manger en racontant sa journée à son meilleur ami avec qui elle cohabitait. Une fois son repas terminée, elle s'excusa auprès de son meilleur ami. Elle devait se rendre où elles c'étaient donnée rendez-vous. Pour lui faire plaisir, elle avait en plus de cela, décider de passer au Starbucks pour acheter deux bon cafés bien chaud. Après avoir rapidement passée au Starbucks pour prendre les deux cafés en question, elle se dirigea, à pied vers la tour Eiffiel qui n'était pas très loin du Starbucks où elle avait choisi d'aller

    La voilà ! Au loin, je pouvais voir une blondinette qui ressemblait beaucoup à Blueberry. C'était elle. En étant à environ dix mètres d'elle, je criais en marchant plus rapidement avec les cafés à la main. Blueberry ? Blueberry ! Je suis là ! Me vois-tu ? J'arrive ! Je marchais donc un peu plus vite en faisant attention à ne pas renverser les cafés par terre. Une fois arrivée près d'elle, elle pouvait lui parler sans crier cette fois Me voilà enfin ! Désolé du retard, je sais qu'on devait se rencontrer à dix-neuf heures et que là, il est dix-sept heures dix , mais j'ai eu une salle journée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blueberry K. Miller

avatar

☎ Courriers : 81
☎ Arrivé(e) le : 31/08/2011
☎ Pseudo : Maarion
☎ Crédits : bazzart (c)
☎ Avatar : Dianna Agron

➽ PARIS MATCH
☎ Âge: 23 ans
☎ Choses à faire:
☎ Les Affinités:

MessageSujet: Re: BLUEBERRY & SIXTINE ▬ when the sun goes down   Mer 7 Sep - 22:34

Sixtine & Blueberry


Quoi de mieux que de se poser à la terrasse d'un café après une journée de folie. Oui en ce moment mes journées sont bien remplies et ce n'est pas toujours évident de suivre le rythme. En même temps, après mon arrivée sur Paris, j'avais cette irréductible envie de tout visiter, tout voir, tout photographier, reprendre une vie excitante. Recommencer ma vie de zéro, ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, mais cette fois je dois dire que c'était bien plus sérieux. A croire que c'est comme les bonnes résolutions : on les tiens une semaine et on en refait d'autres à la moindre occasion. Bref, j'en avais assez de courir partout, de tout faire en sixième vitesse. Alors j'ai décidé d'appeler Sixtine et de lui donner rendez-vous sous la tour Eiffel. Depuis ma rencontre avec elle, j'ai découvert une grande amie, quelqu'un de confiance, qui partage certaines de mes passions et avec qui j'aime passer du temps. Sûrement ma première amie ici.

Toute la journée avait été une succession de visites, de rencontres pour un job de photographe mais décidément j'allais devoir chercher encore. J'envisager même depuis quelques jours de monter ma propre affaire. Pourquoi pas ? En tout cas, j'avais bien le temps d'y penser, il fallait que je vive au jour le jour, c'était ma toute nouvelle devise. Surtout ne pas trop réfléchir au futur et encore moins me prendre la tête pour le futur ! Mais profiter du moment présent. Voilà une bonne initiative. Mais en incorrigible calculatrice du futur j'avais déjà pris rendez-vous avec un spécialiste, pour ma voix. Oui bon d'accord je l'avais promis, mais j'étais assez obsédée par ça et j'avais l'impression que ma voix était bien mieux qu'avant. Peut-être que c'est mon optimisme du moment qui me fait dire ça. On verra. De tout de façon, je n'ai rien à perdre, puisque ça c'était déjà fait !

Enfin quoi qu'il se passe la semaine prochaine à mon rendez-vous, j'avais décidé d'oublier et de ne l'en préoccuper que le jour venu. C'est donc après avoir bu un cappuccino dans un café parisien que j'apprécie, tout à côté de chez moi, que j'ai enfin pris le chemin de la tour Eiffel, ce monument fabuleux, j'avais déjà fait des tonnes de clichés de cette magnifique tour d'acier mais je ne pus m'empêcher, une fois sur place, d'en refaire, encore et encore. C'est alors que j'entendis mon prénom, deux fois, et je reconnus la voix de Sixtine. Pendant qu'elle s'approchait je la photographiais, sous tous ses jours, elle savait que c'était une de mes passions et que je ne pouvais m'empêcher. Lorsqu'elle vînt vers moi je l'entendis alors s'excuser pour son piètre retard. « Sixtne! Tu n'es pas en retard, ça fait à peine cinq minutes que je suis là ! » Je la regardais plus en détail, elle avait beaucoup de goût en matière de vêtement et je lui avais déjà fait remarquer le jour de notre rencontre lorsqu'elle m’avait malencontreusement renversé un café dessus et avait tenu à me racheter un pull. Je lui dis alors, non sans surprise, « J'aime beaucoup la manière dont tu t'es habillée, tu es très jolie ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Sixtine Bloembergen

avatar

☎ Courriers : 134
☎ Arrivé(e) le : 29/08/2011
☎ Pseudo : cheesecake :3
☎ Crédits : <c> made by silly love.
☎ Avatar : lea michele

➽ PARIS MATCH
☎ Âge: 2O ans.
☎ Choses à faire:
☎ Les Affinités:

MessageSujet: Re: BLUEBERRY & SIXTINE ▬ when the sun goes down   Sam 10 Sep - 3:32




WHEN THE SUN GOES DOWN

    J'étais très contente de voir Blueberry. De son côté, elle avait l'air heureuse de me voir. J'enviais, à l'instant où j'étais près d'elle, son visage. Elle était si belle ! Une belle chevelure blonde, des yeux parfaits, un teint éclatant. Elle était radieuse quoi ! Bon, je l'avoue, je ne suis pas moche. Je me considère belle, mais sans plus. Blueberry elle, était parfaite. On dit souvent que personne n'ait parfait, mais il y en a qu'ils se rapprochent de la perfection. Comme elle. Je me souviens, pendant mon adolescence, je voulais ressembler à ce que Blueberry est. Une belle fille avec une belle personnalité. Si j'aurai eu tout cela, j'aurais sans doute été populaire dans l'école pour les filles que je fréquentais et du coup, tout le monde aurait été après moi, elles auraient toutes sans doute voulu manger à la même table que moi le midi. C'est beau rêver n'est-ce pas ? Au contraire, je n'étais pas ce genre de fille. Avant de connaître l'utilité les produits de beauté comme le maquillage et les nettoyants pour le visage, je dois dire que j'étais plutôt... hum, comment dire. Je laissais à désirer ? Oui, c'est le cas. J'avais de grosses lunettes, de petits boutons. Je n'avais pas beaucoup d'amis et j'étais un peu rejetée par les autres. Pendant l'heure du midi, je mangeais parfois seule, dans les toilettes de l'école. Heureusement que j'ai changée hein ! Sinon, je poserai des tonnes et des tonnes de question sur moi-même. Bref, je divague en ce moment, c'est juste que Blueberry, je la trouve resplendissante et qu'elle l'a surement été pendant toute sa vie. Je la connais depuis peu alors, je ne connais pas sa vie par coeur comme elle, elle ne connaît pas la mienne. Me sentir intimidée par la beauté des autres, ce n'est pas mon genre. Je suis fière de ce que je suis et d'une façon ou d'une autre, je suis belle même avec mes petits défauts agaçant et mes qualités. Après m'être perdue dans mes profondes pensées sur mon apparence physique et l'apparence physique de Blueberry, je me concentrais à nouveau sur la conversation que nous échangions en ce moment. Je l'admets, nous n'échangeons pas encore de gros dialogues, mais quand-même. J'aime bien écouter ce que les gens ont à dire. Sixtine! Tu n'es pas en retard, ça fait à peine cinq minutes que je suis là Ouf, cela me rassurait un peu. Une chose que je déteste le plus, être en retard ! Je déteste faire attendre les gens ! Je suis hyper ponctuelle. Je n'arrive jamais, ou presque jamais, en retard. C'est l'une de mes qualités. Lorsque j'arrive en retard, je me sens super mal ! De plus, à chaque fois que je suis en retard, j'ai l'énervante habitude de m'excuser au moins cinquante fois. Cette fois-ci, les excuses ne seraient pas nécéssaire, car elle me disait justement qu'elle était là depuis à peine cinq minutes. Ouf ! Pour être franche, tu me rassures un peu. Je marquais alors une pause. Je déteste être en retard ! Faire attendre les gens, ce n'est pas mon truc ! Je me sens hyper mal quand ça m'arrive, enfin bref. Quelques choses me chauffaient les mains. J'étais tellement ''tête-en-l'air'' que j'avais oubliée les cafés ! Peut-être que Blueberry n'avait pas envie de boire un café ou un breuvage chaud si elle refuse le café, je pourrai totalement comprendre ! Ce n'est pas tout le monde qui a subitement envie de boire un café, comme moi ou encore, elle avait peut-être bu un breuvage du genre plus tôt dans la journée. Oh, avant que j'oublie et qu'ils deviennent froids et imbuvable, j'ai acheté des cafés. Un pour moi et un pour toi. Tu en veux ?

    Après ce court dialogue, Blueberry avait passée un commentaire sur ma tenue. Ah bon ? Disons que je ne m'y attendais pas voir même vraiment pas. Les gens me complimentent rarement. Ils me complimentent dans mon travail. Mes clients disent de moi que je suis une dentiste extraordinaire et ça fait toujours plaisir à entendre, mais je crois qu'en matière de vêtement ou encore, de style, je me fonds dans la masse. Par là, je veux dire que je m'habille comme monsieur et madame tout le monde, mais j'essaie, lorsque c'est possible, d'ajouter ma petite touche personnelle pour me faire '' remarquer '' si on veut. J'aime beaucoup la manière dont tu t'es habillée, tu es très jolie ! Wah ! J'aimais bien entendre ce genre de commentaire, mais parfois, j'avais du mal à les recevoir. C'est-à-dire, que je ne sais pas comment réagir lorsqu'on me complimente. Naturellement, je remercie la personne qui m'a fait un compliment et je souris ensuite, mais après ? Lorsque je le pense vraiment, j'ai tendance à retourner le compliment. Comme là, c'était certain que j'allais la remercier et lui dire la même chose, car croyez le ou non, je pense que Blueberry est une très jolie femme qui comme moi, s'habille très bien. Vraiment, tu es sérieuse ? Ah oui ! En parlant de compliment, lorsqu'on m'en fait un ou plusieurs, j'ai aussi tendance à ne pas croire les gens. Je sais pas pourquoi, mais c'est comme ça. Je baissais ensuite mon regard vers le bas de mon corps et assez bas aussi pour voir une partie de mon haut. Je voulais vraiment essayer de voir ce que mon amie pouvait voir. Au premier regard, je ne voyais rien de si surprenant ou plutôt quelques choses de '' beau ''. Quelques secondes plus tard, après avoir bien observé mes vêtements, je comprenais un peu pourquoi elle m'avait complimentée sur mes vêtements. Ma jupe taille-haute, mon haut, mes chaussures et mes longs bas était de couleur différente, mais les couleurs s'agençaient ensemble. Chaque matin, ou chaque soir avant d'aller au lit pour dormir, je lavais et repassais les vêtements que j'avais prévue de mettre le lendemain pour bien les défriper et propre. À bien y penser, j'étais perfectionniste lorsqu'il s'agissait de ma tenue vestimentaire. Jour après jour, elle devait être impeccable, sans aucun fashion faux-pas. De plus, je venais de me souvenir que Blueberry m'avait déjà fait le même commentaire il y quelques semaines voir quelques mois lorsque j'ai malheureusement renverser du café sur sa tenue. Pour me faire pardonner, je m'étais obligée de lui acheter un nouveau haut, car c'était le haut qui était abîmer, avec ma propre argent. Enfin, je veux dire, merci ! C'est très agréable de recevoir ce genre de compliment tu sais ?. J'en profitais alors pour lui sourire. Je dois avouer que tu es très jolie aussi Blue' et que tu portes toujours de belles choses !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BLUEBERRY & SIXTINE ▬ when the sun goes down   

Revenir en haut Aller en bas
 
BLUEBERRY & SIXTINE ▬ when the sun goes down
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouveauté blueberry !
» blueberry à petit prix
» Blueberry Minky
» Couches lavables : l'idéal pour débuter (selon vous)
» Michel-Ange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☂ DRÔLES DE MACARONS™ :: ► la ville lumière :: Paris Centre. :: Palais-Bourbon. :: Tour Eiffel.-
Sauter vers: