☂ DRÔLES DE MACARONS™


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 blindness helps people to see true feelings.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: blindness helps people to see true feelings.    Mer 31 Aoû - 17:40

Mardi soir, dix huit heure trente, je sortais de l’hôpital, rendez vous avec Cassandre. Vivement que mes études se finissent, n’étaient-ils pas fou de nous faire étudier pendant onze ans pour devenir chirurgien ? C’était fou ! Hallucinant, c’était presque inimaginable, et pourtant si, et là franchement, je commençais à saturer vers la fin, je commençais enfin à voir le bout. Juste avant de reprendre le métro, je pris mon portable pour envoyer un message vocal à Cassandre « Je suis sur la route, j’arrive dans pas longtemps, Montmartre comme d’habitude. » L’ipod allumait, j’allais prendre les lignes de métro qui me correspondaient pour me rendre jusque Montmartre. Une habitude ? Oui, une vieille routine dès que je pouvais, j’en profitais pour appeler Cassandre et passais un peu de temps en sa compagnie, ce que j’appréciais particulièrement chez lui ? Son handicap le rendait unique, et lui, au moins, j’étais sure qu’il ne se basait pas sur des apparences. Et j’étais également fière, ou plutôt impressionnée par lui, et sa capacité à se débrouiller plutôt seul. Alors qu’il avait un manque, l’un des sens, je pense que j’appréciais le plus. La vue. Comment pouvait-on vivre sans voir ? Et bah apparemment, il s’était habitué à ce fait, avec sa canne blanche.

Je m’approchais doucement de l’arrêt de métro qui desservait directement la butte montmartre, à cette fin aout, nombreux étaient les touristes qui venaient à cet endroit, aussi, j’espérais trouver une place au café où j’avais l’habitude de me rendre. Descendant, j’accélérais le pas, dépassant les touristes, japonais ou chinois, et un autre groupe de néerlandais. Aussi loin que je m’en souvienne, c'est-à-dire depuis mes trois ans, j’avais toujours vu des touristes autour de moi dans la ville lumière. Première capitale touristique, il n’y avait aucun de doute sur ça. Et dire que les parisiens voulaient tous fuir, tous sauf certains comme moi, j’aimais ma vie à Paris. Et puis fuir Paris, oui mais pour aller où ? Non, ma vie était à Paris, mes parents, mes amis, tout le monde était là. Alors, pourquoi s’en aller ailleurs. J’arrivais au café, quand je vis Cassandre, j’approchais avec un sourire, et m’assis en face de lui « Excuse moi, je suis en retard, il y avait foule dans le métro. » Puis, je repris doucement mon souffle « Comment tu vas toi ? Pas trop épuisante la journée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: blindness helps people to see true feelings.    Mer 31 Aoû - 20:12





“blindness helps people to see true feelings„

« Un des plus grands bonheurs de cette vie, c'est l'amitié ; et l'un des bonheurs de l'amitié, c'est d'avoir à qui confier un secret. »
ALESSANDRO MANZONI


Paris ou le choix du cœur. Je vivais dans cette ville depuis bien des années aujourd'hui et l'air parisien était une bonne bouffée d'oxygène pour moi. Je ne saurais comment vivre en dehors de la capitale. Ses klaxonnes et ses voitures me manqueraient surement autant que les cris des passants et des rames de métros. Je vivais dans un petit paradis qui n'était autre que Paris. Je marchais dans les rues de la ville et me dirigeais grâce à ma canne blanche que je dressais devant moi pour me frayer un passage sur le trottoir. J'étais proche de mon lieu de rendez-vous. Catherine et moi devions boire un verre ensemble. Je ne dirais jamais non à ma meilleure amie et c'est pourquoi j'arpentais Paris à cette heure-ci de la journée après ma sortie du palais de justice. Je portais sur moi une chemise de couleur clair avec un pantalon de costume et des chaussures de villes. D'un main, je tenais ma canne et de l'autre ma sacoche avec mes dossiers et ma robe d'avocat par dessus.

Arrivé en avance, je m'installais à l'une des tables du café en terrasse. Si Cath' avait été présente, elle m'aurait surement appelé pour que je la rejoigne. Ce sont les inconvénients d'une cécité au quotidien. Je m'y étais fais. Avec beaucoup de mal, mais je m'y étais habitué. Ma dernière vision du monde me hanterait. Je voyais mon beau-père, arme à feu en main, prêt à tirer alors que j'étais à terre après qu'il m'est fait tombé. Cette soirée, je ne l'oublierais jamais. Mon frère et moi avion failli mourir cette nuit là mais nous nous en étions sorti ensemble. Je soupirais tout en rangeant en pliant ma canne et la rangeant dans ma sacoche. Je sentais le soleil sur mon visage et j'appréciais la chaleur que cela me procurait. J'étais bien. J'étais même si bien que je n'entendis pas le serveur près de moi. Il engagea alors la conversation et je lui répondis que j'attendais quelqu'un. Les minutes défilèrent et toujours aucune nouvelle de ma meilleure amie. Soudain, mon téléphone vibra. Je le sortis de ma poche de pantalon et souriais face au message vocale que m'avait laissé la jeune femme que j'avais connu ici même à Paris.

Le serveur revint une nouvelle fois vers moi et repartis lorsque je lui répondis la même chose. Cependant, il revint une nouvelle fois à la charge et je finis par commander un jus d'abricot. Il faisait beau et bon, cela serait parfait pour profiter d'un instant de douceur et de confidence entre amis. Je me redressais lorsque je reconnus ses talents hauts sur le bitume. Catherine arrivait et m'avait directement trouvé. Je pourrais la reconnaître de loin rien qu'au bruit de ces pas et elle le savait. « Excuse moi, je suis en retard, il y avait foule dans le métro. » Je déposais une léger baiser sur sa joue que je trouvais après avoir déposé ma main sur son visage. « Comment tu vas toi ? Pas trop épuisante la journée ? » Elle semblait exténuer. Sa voix la trahissait.
« Tout va bien pour moi. Je sors du tribunal comme tu peux le voir. » Lui dis-je en montrant ma sacoche que j'avais déposé à mes pieds. « J'ai encore fais quelques merveilles au palais, tout à l'heure. Les gentils sont saufs et les méchants sont derrière les barreaux. » Terminais-je par lui dire alors que le fameux serveur revint avec ma commande. « Et toi, alors, tu m'as l'air fatigué ? Dure journée à l'hôpital ? » Je la laissais alors prendre sa commande tout en versant le contenu de la bouteille en verre dans mon verre. Je fis bien attention à mettre le bout de mon doigt de ce verre pour que le liquide ne passe pas par-dessus. J'attendis que le serveur s'en aille pour faire un nouveau commentaire sur lui. « Désolé de ne pas t'avoir attendu mais je crois qu'il m'a pris pour un pauvre mendiant aveugle avant que je ne commande quelque chose. » Bien évidement, c'était de l'humour. Mais qui sait, peut-être que mes dires s’avéraient juste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: blindness helps people to see true feelings.    Mer 31 Aoû - 23:49

Paris avait différentes significations pour les gens, pour moi c’était la ville où j’avais grandi, où j’avais ma famille. Même si je savais qu’une famille, ou du moins les personnes qui m’avaient mise au monde était ailleurs, dans la capitale du Kenya, ma vraie famille était ici. Celle qui m’avait élevée, ma gouvernante était ici, Heath était ici, Ana-Belle et Cassandre étaient là aussi. Je ne pouvais pas imaginer ma vie loin de tout ça loin de mes connaissances. Bref, beaucoup trop de personnes étaient ici pour que je me décide de tout plaquer d’un coup pour la vie, je reviendrai toujours à Paris. La preuve étant, j’étais une nouvelle fois face à Montmartre, et puis si j’avais voulu quitter Paris, je serai allée faire mes études ailleurs, j’en avais bien les moyens, mais non. Et mes études, m’avaient permis de rencontrer des gens, comme par exemple Cassandre, ici présent, et qui était venu ici pour ses études. Et huit ans plus tard, j’étais bien heureuse de le compter dans mes connaissances.

M’asseyant, il chercha mon visage pour me faire un baiser sur la joue, puis je l’écoutais parler, avec un sourire « Super Cassandre, avec lui, les méchants de Paris sont rapidement derrière les barreaux ! Et les jeunes demoiselles peuvent naviguer désormais sans crainte sur les rues ! Mission réussie ! » J’étais sure que malgré sa cécité, il me voyait sourire, ou il sentait toujours mon sens de l’humour. Chose que j’appréciais avec lui, c’est qu’il avait appris à me connaitre sans même me voir une seule fois, sans savoir à quoi je ressemblais, et c’est ce qui m’avait attendrie chez lui, je m’étais rapidement pris d’affection à son égard. Je n’avais pas de pitié, non pas du tout, il n’aurait pas voulu que j’en ai, mais de l’affection oui. Ca c’est sure. Je dis rapidement ma commande, un jus d’ananas, pour moi, et il repartit, je confirmais par un bruit que oui, ma journée n’avait pas été des plus faciles. « Beaucoup de choses bénignes, deux opérations de dents de sagesse, ça, ça va. Mais on a eu une grosse opération, juste avant que je vienne. Bref, rien de très glorieux, et le patient était bien mal au point, et là, quand j’ai pris ma fin de journée, il était encore dans un état… disons critique, mais l’opération était terminée. Bref, j’en saurais plus demain. Chose de sure, je fais tout pour ne pas être aux urgences après mes années d’étude. J’en peux plus. » Quelques minutes plus tard, il m’apporta ma commande, et je l’écoutais plaisanter sur le serveur, et je répondais par un sourire. « Et une immigrée africaine qui vient le rejoindre. Cette fois, il doit se sentir fichue. » Je prenais toujours au second degré quand il parlait ainsi, c’est pour ça que je répondais de même au second degré. « Ne t’inquiète pas tu es tout pardonné déjà. » Je versais également ma bouteille, enfin le contenu de ma bouteille, dans le verre en le tenant. « Bon sinon, outre les histoires de travail, qu’est ce que tu racontes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: blindness helps people to see true feelings.    Ven 2 Sep - 19:10

Jus d'abricot versé, je portais mon verre à mes lèvres avec précaution tout en écoutant Catherine qui était exténué par rapport à son travail. Dans un sens, je la comprenais. Cela devait être difficile d'être médecin. S'attacher à des patients pour ensuite les perdre sous nos yeux devait être difficile à gérer. Je ne savais pas si j'aurais pu être à sa place. De toute manière, il n'y avait aucun doute là-dessus puisque le droit était ma voie et non pas la médecine. Nos destins étaient déjà écrits sur ce point. Le serveur revint alors avec la commande de Cath. Je payais l'addition et ce dernier partit enfin. « Et une immigrée africaine qui vient le rejoindre. Cette fois, il doit se sentir fichue. » Je rigolais. Elle n'avait pas tord. Nous formions un sacré couple à nous deux. J'aurais même aimé savoir ce qu'il pouvait bien penser de notre situation. Cela pourrait être amusant et divertissant. Mais passons... Je n'étais pas encore télépathe aux dernières nouvelles.

« Bon sinon, outre les histoires de travail, qu’est ce que tu racontes ? » Je soupirais et reposais mon verre sur la table tout en savourant les rayons du soleil sur mon visage. Un des avantages d'être aveugle, je ne suis jamais gêné par le soleil. C'est toujours cela de gagner, n'est-ce pas ?
« Bah écoute pas grand chose. Entre boulot, dodo et hosto. Ma vie n'est pas très intéressante en ce moment. Côté cœur, c'est même l'hécatombe... Mais bon, je fais avec. Et puis, je ne suis pas comme tout le monde. » Je lui souris. Assez brièvement. Mais un léger rictus se dessina tout de même sur mes lèvres. L'amour et moi n'étions pas vraiment compatible. Le sexe était une tout autre histoire mais je n'avais jamais réellement connu d'histoire sérieuse depuis mon coming out. Tous les hommes me fuyaient après une nuit ou deux de partager de un lit. Il m'était déjà arriver de m'attacher à certains mais ma cécité les empêchait d'aller plus loin. Il me fuyaient et croyaient surement que je serais constamment en train de leur demander quelque chose. Ce qui était totalement faux. Je vivais seul et je n'étais pas encore mort. En fin de compte, je prenais ce que l'on m'offrait sans chercher à aller plus loin. Ils voulaient du sexe, je leur en donnais sans introduire une seule seconde la possibilité d'une future relation. A force, j'avais compris le message. Être aveugle était un handicap lourd à porter que se soit pour moi ou pour mon entourage. Je ne cherchais plus réellement le grand Amour, ni la personne qui pourrait me correspondre puisque je faisais fuir tout ceux que j'avais rencontré jusque là. « Bref, c'est pas l'été de tous les charmes pour moi. Paris, ville du romantisme français, m'a lâchement abandonné. Mais je garde espoir. Il faut toujours avoir de l'espoir. J'ai appris ça devant les tribunaux. Il peut toujours se passer quelque chose à la dernière minute. » J'étais reparti sur le travail. Quand je disais que je n'avais pas d'autre vie que boulot, dodo et hosto, je n'avais pas complètement tord. « Et toi alors, ma chère et tendre immigrée, les amours se passent bien ? Ça fait longtemps qu'on n'a pas parlé de ça. A croire que tu veuilles me cacher des choses à moi, ton meilleur ami ? Tu sais très bien que je finirais par tout découvrir de toute manière. J'ai plus d'un tour et d'un flic dans ma sacoche pour m'informer de ta situation amoureuse... » Je rigolais et reprenant mon jus d'abricot. J'en bus une gorgée tout en appréciant la fraîcheur que cela me procurer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: blindness helps people to see true feelings.    Ven 2 Sep - 20:41

Tu as beaucoup de choses dans la vie vraiment, mais je dois reconnaitre que certaines te marquent plus que d’autres. Mais peu importe, le jeune homme fasse à moi, pouvait avoir tous les handicaps du monde, et bien que les autres garçons ne le considèrent pas assez bien pour eux, je pouvais leur dire que Cassandre était un gars en or ! Qui valait bien plus que tous les autres qui avaient la vue. Je ne cherchais pas tant à savoir ce que penser le serveur à propos de notre couple assez marginal de la société. Je ne pense pas qu’il pouvait même imaginer nos histoires. Il pouvait tout imaginer, penser même que nous étions juste deux jeunes cons attablés à ne rire de rien. Mais, peu m’importe, il pouvait finalement penser ce qu’il voulait, ça ne m’intéressait pas, je n’en avais que faire, j’étais avec Cassandre et juste ça, ça me faisait plaisir. « Hosto ? Tu n’as pas de problèmes de santé j’espère. » Oui j’étais sans cesse à m’inquiéter pour Cassandre, même s’il n’était pas le seul. A avoir gain de mon inquiétude, il y avait tous ces gens qui comptaient pour moi qui en bénéficiaient. Le pire c’est quand on me parlait de maladie, ou d’hôpital je devenais folle. Oui, j’avouais que le fait d’y travailler ne m’aider pas, et j’avais tendance à jouer l’hypocondriaque pour les autres finalement sans vraiment le vouloir.

Il tourna ensuite la discussion autour du côté cœur, pour le coup, mon cœur en fit deux tours. Je ne lui avais pas encore annoncé le polichinelle dans le tiroir, et j’avais tout fait pour éviter la discussion sur Heath depuis pas loin de deux mois depuis ma rupture. Oui, j’avais évité la discussion avec Cassandre depuis je ne voulais pas en parler. Je n’en avais parlé qu’avec Ana-Belle, parce que… Elle m’avait vite comprise, mais je tournais loin du sujet avec Cassandre. Pourtant j’étais sure qu’il aurait pu me conseiller. Mais, et voilà, je recommençais avec mes mais sans cesse. On disait qu’avec des si on mettait Paris en bouteille, avec mes mais, je vous change toutes les théories médicales en deux minutes ! Je suis assez perspicace quand je m’y mets, mais peu importe. Et voilà ça recommence. Je bus un coup de jus d’ananas, qu’il m’avait payé avant même que je puisse dire un mot. Et je me mis à répondre à ses interrogations, enfin avec mon petit commentaire sur ses histoires à lui avant tout : « T’es pas comme tout le monde, t’es mieux que tout le monde, tu secoures les gens au barreau ! » Je finis par rire, et puis rajoutai : « Garde espoir, tu trouveras quelqu’un de bien. » Et puis, il me fit la remarque à propos de ma situation amoureuse. Je riais jaune cette fois, de nervosité. « T’imagines même pas comment c’est le bordel là. T’es au courant mon père, et le but ‘me faire rompre avec Heath’, bah ça a réussi ! Félicitations papa, j’ai réussi à plaquer le seul mec qui tient à moi, que j’aime et dont je suis amoureuse. Lui, il est content, moi pas du tout. Enfin ça c’était sans compter la bonne nouvelle qui m’attendait encore une fois… » J’avais prononcé ma dernière phrase plus pour moi, même si je savais parfaitement que ça ne lui échapperait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: blindness helps people to see true feelings.    

Revenir en haut Aller en bas
 
blindness helps people to see true feelings.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Vocal People 2010
» Little people Fisher Price
» Les Village People
» Les perles des people
» Hot Toys True Type

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☂ DRÔLES DE MACARONS™ :: ► la ville lumière :: Paris Nord. :: Buttes-Montmartre.-
Sauter vers: