☂ DRÔLES DE MACARONS™


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 olivia &' emmy ◮ Happiness only real when shared .

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: olivia &' emmy ◮ Happiness only real when shared .   Lun 29 Aoû - 18:57


olivia j. et emmy-lou



La tête dans le cul et le cul dans le brouillard, voilà une expression qui me colle parfaitement à la peau en ce lundi vingt-neuf aout. Qui aurait cru que deux personnes en pleine relation sexuelle pouvaient faire tant de bruit ? et ça dure, ça dure depuis des semaines, à croire qu’ils font une cure de sexe les voisins d’à côté. Brusquement je me levai, poussant un soupir râleur, de toute façon il allait bien falloir que je me lève un jour mais à vrai dire j’ai connu mieux comme réveil. Je pestai un petit moment contre l’un des murs de ma chambre – celui d’où émanait le bruit- avant de finalement aller me débarbouiller. Une douche, un léger maquillage et un séchage de cheveux plus tard, ils n’avaient toujours pas fini. J’optai finalement pour quelques énormes coups au mur à l’aide de mon petit poing – de toute façon je ne risquais pas de réveiller ma coloc, elle travaillait déjà – mais ce n’eut pas l’effet escompté. Résignée, je fus bien obligé d’enfiler mon slim bleu clair, mon tee-shirt zara blanc et mes ballerines noirs dans le bruit – les cris d’extase de ma voisine. Rageusement j'attrapai mon sac au passage et claquai la porte derrière moi.

Bref, tout ça pour dire combien un mauvais réveil peut influencer toute une journée. J’ai été complètement à côté de la plaque tout le long de l’après-midi, entre choisir entre une pièce montée au chocolat ou à la fraise, se décider entre deux groupes musicaux ou encore faire un choix entre des nappes crème ou beige, je n’en peux plus ! Il était tant que la fin de journée montre le bout de son nez, j’espère quand même ne pas avoir trop bâclé les préparatifs du mariage des Goossens. En plus de cela, il a fallut que je me retrouve dans un embouteillage monstre à cause d’un accident de moto et que je ne capte plus nrj, ce qui a sérieusement aggravé les choses – il va falloir que je change ma radio datant de mathusalem. Heureusement les embrouilles semblèrent s’estomper et finalement je ne perdis que trente-cinq minutes – ayant roulé comme une cinglée normal. Sans ménagement je poussai les portes du bâtiment B, ce qui me valut un regard noir du concierge qui se trouvait là bien sur, afin d’éviter d’aggraver mon cas je lui adressai un grand sourire jusqu’aux oreilles avant de m’essuyer les pieds contre le paillasson pour lui montrer ma bonne volonté. J’optai pour les escaliers malgré le fait que mon appartement se trouve au quatrième – on ne sait jamais l’ascenseur peut très bien rester bloqué – et j’arrivai donc essoufflée devant la porte numéro neuf. Je reclaquai celle-ci derrière-moi, jetai mon sac sur la table de la cuisine et m’affalai dans un des canapés. C’est seulement quelques minutes plus tard que je remarquai que je n’étais pas seule et que Livia me regardait d’un drôle d’air. Je soupirai avant de déclarer ; « mauvaise journée. Tu n’as pas entendu les voisins cette nuit ? » Je me levai et allai la rejoindre derrière le comptoir de la cuisine afin d’enchainer ; « j’ai vu que tu as été cherché le courrier, y’a quelque chose pour moi ? » Bien sur, elle savait de quoi je parlais. Depuis déjà un bon moment maintenant, je joue avec les pieds de mon très cher mari –bientôt ex mari- en lui renvoyant les papiers de divorce vierge, absente de toute trace de signature, mais je suppose qu'il n'a pas encore eu le temps de me les renvoyer. C’est mal je sais, mais c’est ma petite vengeance personnelle. Quand j’y repense, Olivia et moi ne sommes pas gâtées par la vie niveau relation sentimentale. Je ne sais pas ce qu’on a fait au bon dieu mais en tout cas il nous en veut ! Tout en écoutant ma colocataire, je me hissai lentement sur la pointe des pieds afin d’attraper la boite de nouille au poulet toute prête dans l’armoire avant de faire chauffer de l’eau dans la bouloir – c’est qu’une journée pareil ouvre l’appétit ! « Je te chauffe aussi de l’eau ? A moins que tu ne crains que ça porte entrave à ton nouveau régime ? » lui demandais-je tout en plaisantant. Olivia ne fait pas vraiment de régime, je la taquine car pour le moment j’ai l’impression qu’elle fait plus attention à ce qu’elle mange… depuis combien de temps ne s'est elle plus goinfré de chips au fromage en ma compagnie ?

Spoiler:
 


Dernière édition par Emmy-Lou Roussel le Mer 31 Aoû - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: olivia &' emmy ◮ Happiness only real when shared .   Mer 31 Aoû - 12:25

« Deux croissants pour vous mademoiselle Deschamps. » « Mais non, je vous en ai demandé trois. » « Non madame, vous m’en avez demandé deux. Un pour vous et un pour votre mari. » « Non non, trois. » Levant les yeux au ciel, je n’en revenais pas. Depuis un mois, c’est comme ça. Elle vient dans ma boulangerie, me commande des croissants tous les matins à 8h15, pas une minute de plus ni une minute de moins, et à chaque fois, elle oublie qu’elle m’en a commandé deux. Ca me fait tellement de peine de voir cette bonne femme perdre la mémoire. Alzheimer, j’en ai tellement peur. « Je veux mes trois croissants. » Je soupire avant de lui faire. « Bon écouté, en voilà quatre. Je vous les offre. A demain. » Un peu énervée, je lui tends le sachet et elle s’en va. La journée va être longue. Mais heureusement, cet aprèm, je n’ai strictement rien à faire. A midi, je pars de cette boulangerie. Ca fait un peu moins d’un an que j’y travaille. J’aime beaucoup cet endroit, mais je mérite mieux que boulangère. Bon d’accord, je n’ai pas de problème niveau argent donc je peux travailler n’importe où mais bon. C’est assez fatiguant en fin de compte.

Enfin fini. Quelle matinée éprouvante. Les clients ne font que râler ici. Ils ne sont jamais contents. Je m’empresse de prendre mon sac et mes affaires pour partir de là. Et bon sang, qu’est-ce que j’ai faim. Il est midi et demi. Vivement que je rentre dans mon appartement. Heureusement, il ne se trouve pas loin de la boulangerie. Après dix bonnes minutes, moi voilà enfin au pas du bâtiment b. A cette heure-ci, le concierge mangeant sans doute et donc, je pouvais passer sans problème. Il est vrai que ce mois-ci, j’ai eu un peu de retard sur mon loyer mais je vais vite me rattraper. D’habitude, ça ne m’arrive pas. Mais voilà quand on passe trop de temps à faire du shopping en Espagne. Je m’empresse quand même de rentrer dans l’ascenseur. Ben oui, j’habite quand même au quatrième étage.

Une fois arrivée, j’ouvre l’appartement. Personne. Emmy devait sans doute être en route et puis, j’ai entendu à la radio qu’il y avait des embouteillages monstres à cause d’un accident. J’espère qu’elle va vite arriver. Emmy est ma colocataire. Ca fait un an qu’on se connait et à vrai dire, on s’entend comme deux sœurs. Elle est adorable. Un petit sourire apparaît sur mon visage suite à cette pensée. Je me dirige vers ma chambre pour y déposer mes affaires. Oh mince, le courrier. Je m’empresse d’aller le chercher dans notre boîte aux lettres. Tiens, une lettre pour Emmy. Je referme la porte de notre appartement pour ensuite me diriger vers la cuisine quand soudain, Emmy arrive. Je lui adresse un petit sourire. Elle a l’air morte crevée. Je la dévisage. « Mauvaise journée. Tu n’as pas entendu les voisins cette nuit ? » Je pouffe de rire ! « Les deux zigotos d’à côté ? Bien sûr que je les ai entendus, tu crois quoi. Tout Paris les a entendus. » Et c’est vrai, ils n’ont pas arrêtés. Comment peuvent-ils être encore en forme après avoir faits l’amour plus qu’une fois sur une soirée. C’est incroyable. Emmy s’approcha de moi. « J’ai vu que tu as été cherché le courrier, y’a quelque chose pour moi ? » J’hésite à lui donner. Car je sais déjà ce que se sera. Les papiers du divorce concernant elle et son mari. Ou plutôt, son futur ex mari. A chaque fois, elle lui renvoi non signée, en guise de revanche. J’approuve totalement son attitude. Tout en lui parlant, je la regarde se hisser sur la pointe des pieds pour prendre à manger. Il est déjà tard, et je meurs de faim. « Je te chauffe aussi de l’eau ? A moins que tu ne craignes que ça porte entrave à ton nouveau régime ? » « Oh oui, je meurs de faim. Et arrête, j’ai juste pas envie de devenir comme Mme Dubois du premier étage. » On rigole ensemble. Il est vrai que depuis quelques temps, je fais attention à mon poids. Je la regarde dans les yeux. « Si, il y a quelque chose pour toi. » Délicatement, je lui tends la lettre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
olivia &' emmy ◮ Happiness only real when shared .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» REAL BARRAY
» M-Real : Bruno Le Maire continue à y croire
» Olivia Ruiz à Nouméa en Nouvelle Calédonie
» FDT Nivea Stay Real
» Suivi du porte-conteneurs CMA CGM CORTE REAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☂ DRÔLES DE MACARONS™ :: ► résidence ❝ les tuileries ❞ :: Victor Hugo. :: Quatrième étage. :: #09 - Olivia J. Skyler & Emmy-Lou Roussel-
Sauter vers: